Les cinq plus gros clichés associés à l’intérim

Les cinq plus gros clichés associés à l’intérim

Travail intérimaire = situation précaire

De nombreuses personnes hésitent à se lancer dans ce qui pourrait s’avérer une superbe aventure et en tout cas une formidable expérience professionnelle à cause d’une vilaine image véhiculée sur le statut de l’intérimaire


Pourtant depuis 1972 ce statut est officiellement protégé et reconnu par la loi qui l’oblige aux mêmes droits et obligations qu’un travailleur permanent. Ainsi le travailleur intérimaire est placé sous la convention collectives des autres salariés dans l’entreprise où il travaille. Il bénéficie des mêmes avantages (primes, tickets restaurant, jours fériés et congés, mutuelle et droit à la formation par le FASTT).


Certes, le fait de ne pas avoir un emploi fixe peut cependant engendrer des difficultés (auprès des organismes de crédits par exemple). Il peut parfois en résulter un sentiment de précarité par rapport à la nécessité d’être flexible sur les horaires et lieux de travail. Cependant il faut garder à l’esprit que les salaires perçus en intérim sont souvent intéressants grâce à la prime de fin de contrat (10% de la rémunération brute totale de la mission).


Les intérimaires c’est l’incarnation du travail bâclé

Ici nous nous adressons à certaines entreprises qui redoutent ou négligent l’option du travail intérimaire. Il arrive de penser que l’intérimaire n’a que peu d’expérience, change souvent d’entreprise et n’est pas assez formé pour faire un travail de qualité.


Bien au contraire, le travailleur intérimaire est sélectionné dans un premier temps par l’agence de travail temporaire et passe des tests. Si tout semble bon, le travailleur doit encore faire ses preuves en situation réelle. Voilà un deuxième test pour lequel l’intérimaire doit fournir les mêmes efforts qu’un travailleur permanent. Assiduité et motivation seront de mise pour espérer une promotion dans les rangs de l’entreprise.


Voilà pourquoi cette perception est infondée et c’est même bien souvent l’inverse qui se produit, c’est-à-dire que l’intérimaire fait beaucoup d’efforts pour montrer sa détermination.


Les missions d’intérim ce n’est que pour le bâtiment et l’usine agro

Il s’agit de deux secteurs particulièrement dynamiques dans la recherche de candidats et pour lesquels le travail intérimaire permet notamment de faire face aux pics saisonniers. En revanche, ce ne sont certainement pas les seuls secteurs qui ouvrent les portes du travail aux candidats. En effet, dans notre précédent article, nous présentions l’intérim du tertiaire avec ce chiffre : 42% des intérimaires officiaient dans le tertiaire fin 2018.


Tous les métiers sont représentés : du plongeur scaphandrier, à l’informaticien en passant par le cordiste soudeur ou le boucher. Certaines agences de travail temporaire se spécialisent dans le recrutement de profils pour des secteurs bien spécifiques, il faut simplement s’informer.


Le travail intérim ferme les portes à l’obtention d’un CDI

Et non c’est faux archi faux. A tout moment dans votre vie professionnelle vous pouvez basculer entre le travail temporaire et permanent. Vous pouvez très bien commencer par un poste fixe et décider de couper cours à la routine en choisissant l’intérim mais l’inverse est également possible. D’autant plus avec le CDI intérimaire, vous pouvez rentrer dans le monde de l’intérim très jeune et signer un CDI avec une agence pour l’emploi si vous montrez les qualités attendues et faites preuve de motivation.


Le travail intérimaire est choisi à défaut de mieux

Certes il y aura toujours une part de travailleurs à choisir l’intérim faute de mieux. Mais il existe de nombreux profils de candidats. Pour la plupart l’intérim est un choix réfléchi et retenu comme une bonne solution professionnelle qui apporte son lot d’avantages. 


Par exemple : certaines personnes trouvent confortable le fait de pouvoir travailler par périodes seulement, et mettre de l’argent de côté grâce aux primes de fin de missions. Elles peuvent ainsi développer des projets en parallèle et profiter de temps libre pour s’épanouir. Après tout, il n’y a pas que le travail dans la vie !